Lectures

– Juillet 2022 –

La lecture est une des principales clés de la réussite scolaire et nos institutions, dans un principe d’équité, ont le devoir moral de faciliter son accès, particulièrement dans les quartiers prioritaires.
A l’école, La lecture est l’une des compétences les plus importantes que les élèves doivent acquérir. Cela les aide à développer un bon vocabulaire et à mieux comprendre les concepts.

Avant d’être élue, je militais depuis 2008 dans le collectif d’habitants du 3ème arrondissement « Brouettes et compagnie » qui s’est donné pour mission de susciter l’appétence à la lecture et de pointer la carence d’un équipement de lecture publique en distribuant du livre en troc, à travers le quartier, dans des brouettes. C’est donc depuis cette expérience que je vous parle de la question de la lecture publique, complètement inhérente à mon sens, à ma délégation des écoles.

En 2015, dans le cadre du contrat « Territoire- lecture », le diagnostic de la ville de Marseille était édifiant : Le plus faible nombre de bibliothèques : 0,030 m2/habitants soit 2 x moins que la moyenne nationale soit 8 bibliothèques à Marseille pour 15 à Lyon et 21 à Toulouse par exemple.

Dans notre secteur des 2ème et 3ème arrondissements, les enseignants, les professionnels, les associations, comme l’Espace lecture de St Mauront ou « En parenthèse », font tout pour faire tenir ce tissu fragile mais l’accès à la lecture publique reste insuffisant. Un travail important a également été réalisé depuis trois ans dans ce domaine par les acteurs de la « Cité éducative centre » qui a édité un padlet et un dépliant papier sur cette thématique.
La mairie de secteur agit aussi dans ce sens avec des livres donnés aux bibliothèques des écoles en fin d’année et la mise en place de la manifestation « Livres ô Minots ».
La bibliothèque du Panier dans le 2ème arrondissement a réouvert certes, mais le 3ème arrondissement de Marseille qui compte 50 000 habitants ne dispose d’aucune bibliothèque municipale. Pourtant, de nombreuses petites communes de 5 000 à 10 000 habitants en sont dotées.
Elle rime avec « justice sociale ».
C’est pourquoi notre mairie de secteur, soutenu par le maire de Marseille, s’attaque aujourd’hui à l’application du droit commun pour un service public à la hauteur des besoins.

Comme L ‘école, la bibliothèque publique est nécessaire à l’égalité des droits.
Elle contribue à l’égalité des chances en offrant des espaces utiles à la formation, à l’étude, et des ressources documentaires dans un environnement culturel qui dépasse l’utilitarisme.
Elle participe à l’accès à l’emploi, à la formation tout au long de la vie.
Elle permet de sortir de l’illettrisme et d’approfondir la découverte.
Elle aide à sélectionner dans les autoroutes de l’information formidablement démultipliées par internet, ce qui est utile dans sa trajectoire de vie personnelle et professionnelle.
Elle offre des collections représentatives des évolutions de l’art et des sciences.
Elle coconstruit avec d’autres des événements culturels exigeants et médiateurs.
Elle conforte la cohésion d’un territoire, tout en reconnaissant et en partageant les cultures.

C’est grâce aux bibliothèques que des milliers d’enfants se familiarisent avec les livres souvent absents de leur environnement familial et social.
La lecture s’avère une activité indispensable à l’autonomie de la pensée, à la formation du citoyen, à l’épanouissement de la personnalité, à la maîtrise de l’expression…
et à la lutte contre l’échec scolaire.

Un livre n’est pas un produit de consommation comme un autre, sa découverte nécessite des médiations et donc un personnel professionnel qualifié.
Le métier de bibliothécaire a de multiples visages qui s’articule autour de la gestion des collections, l’accueil du public, l’animation et la formation.
Sa culture professionnelle est ancrée dans des valeurs universelles telles que le partage, l’égalité d’accès, la transmission, la responsabilité intellectuelle et l’utilité sociale.
C’est aujourd’hui un expert capable de gérer les modes d’accès au savoir.
Il est indissociable de la vie d’une bibliothèque publique.

Nous avons bien pris acte désormais que les 50 000 habitants du troisième arrondissement attendent impatiemment une bibliothèque municipale du 21e siècle, un équipement public de qualité, géré par des professionnels et digne des habitants du 3ème, citoyens à part entière de la ville de Marseille.

NB : extraits du manifeste du collectif « Brouettes et compagnie »
Photo : @LisaGeorges

%d blogueurs aiment cette page :